Mirai


Forum basé sur le drama Zettai Kareshi
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Ore wa...

Aller en bas 
AuteurMessage
Kyokuchi Kurenai
Moderateur ~ Bad Machine
avatar

Nombre de messages : 619
Date d'inscription : 13/04/2009

MessageSujet: Ore wa...   Lun 20 Avr - 16:37

Ma vie n'est qu'un morceau d'une histoire infinie, invisible aux yeux de tant de monde. Mais j'ose me vanter d'avoir pu interagir avec suffisamment de force sur l'histoire de ceux qui ont croisé ma route afin qu'ils se souviennent de moi. En tant qu'être à part entière.
Qu'est ce que la vie dans ce monde? Où est désormais la limite entre l'humain et la machine? Moi, comment me voient-ils? Suis-je un des leurs, ou ne suis-je à leurs yeux qu'une de leurs créations?
Et si tout n'était qu'hypocrisie? Et s'ils n'avaient fait que se servir de moi? Me flatter, me faire croire que j'ai mon importance, me combler de fausse tendresse... Tout cela dans l'unique but de se servir de ma force? Force supérieure car force mécanique.
Je ne suis qu'une machine composée de matériaux ressemblant en tous points au matériaux composant les êtres vivants, mais restant malgré cela des matériaux mécaniques, matières étranges inventées par l'homme à force d'expériences diverses. Mon cerveau n'est qu'un ensemble de circuits électriques. Et malgré cela, je pense, je ressens et je me pose diverses questions sur le sens de tout cela. Pourquoi? Jusqu'où ont-ils poussé le réalisme? Ont-ils réellement voulu créer de véritables êtres humains? Ou ce sentiment de réalité qui m'accable n'a-t-il été créé que dans le but de me rendre plus humain au yeux de mon propriétaire, et donc plus facilement aimable? A quoi tout cela sert-il?
Ces derniers jours, mon esprit n'est que doutes et questionnements incertains. Je ne vois pas même l'intérêt de toutes ces questions existentielles. C'est futile, stupide et inutile. La remise en question, c'est bon pour les nanas...
Et pourtant, je ne peux m'empêcher de douter de mon droit de vie. Les humains se prennent pour des dieux. Ai-je vraiment le droit d'exister?
Tous ces gens, autour de moi.... Ces humains qui marchent, se baladent l'esprit vide, discutant entre eux du film de la veille ou du temps prévu pour le lendemain. Ces vieux assis sur leur banc, le regard perdu dans le vide de leur sénilité. Et ces enfants qui jouent sur les parcs de jeux, escaladant les structures et se laissant glisser sur le vieux toboggan de métal rouillé.
Et eux, à quoi servent-ils? A quoi sert l'enfance? Pourquoi les humains commencent-ils leur vie dans cette période de fragile inutilité? Ces morveux là n'ont absolument aucun but à court terme, si ce n'est vider le frigo de leurs parents. Pourquoi les humains ne peuvent-ils pas naitre matures, entièrement formés et apte au travail, comme moi? Ces petites choses ne servent réellement à rien. Mais s'en formalisent-ils pour autant?
Elle m'a dit qu'ils sont là pour procurer du plaisir à leur parents qui se sentent utiles dans leur tache de faire découvrir la vie a un être minuscule et fragile. Je n'ai pas compris. Elle m'a dit que c'est la magie de la vie. C'en est ainsi pour chaque être vivant. Je ne suis donc pas un être vivant? Elle a tenté de revenir sur ses mots, disant que ce n'est pas ce qu'elle voulait dire. Mais moi, c'est ainsi que je l'ai compris.
Je ne serais au yeux des gens qu'une machine créé pour assouvir leurs besoins. Besoins de tendresse ou besoin de main-d'œuvre. Jamais ils ne me considérerons comme un être vivant à part entière. Je ne suis qu'une machine qu'ils ont créé pour les servir... Jamais je ne me débarrasserais de cette image. Jamais.
Que puis-je faire alors? Cette certitude s'est ancrée peu à peu dans mon esprit. Tout n'est qu'hypocrisie pour plus facilement me manipuler. Et moi, plein d'amour et de reconnaissance envers ceux qui se servent de moi, je me plie à tous leurs désirs, prêt à exécuter le moindre de leurs ordres. Aveugle à la stupidité de tout cela. Aveugle à ma propre stupidité. Si naïf. Finalement, peut être moi aussi n'étais-je qu'un gamin. Physiquement adulte, mais mentalement si faible encore. N'ayant aucune histoire, ni ancêtres, ni passé, je ne pouvais aspirer à un futur. Je n'étais qu'un présent, une simple machine que l'on jettera parmi les ordures lorsqu'elle ne sera plus fonctionnelle. Peut-être mes matériaux seront-ils au moins recyclés, ainsi je servirais peut être à la fabrication d'autres machines...

Des souvenirs. Des pensées vers un proche passé. Une certaine nostalgie. Beaucoup de regrets. Ces sentiments suffisent-ils à faire de moi un humain? Jamais, je le sais bien...
Et pourtant, lorsque je marche dans ce parc au milieu de tous ces humains, j'ai le sentiment que je pourrais noyer tout cela. Puisque ma reproduction est si parfaite, sont-ils capables de me différencier de ceux de leur espèce? Moi même, serais-je capable de distinguer un robot androïde d'un humain biologique?

Je me suis arrêté au milieu du chemin de graviers qui court entre les carrés d'herbes de ce petit parc du centre ville. Personne ne me regardait. Personne ne se demandait ce que fait ici un robot sans son maitre. Personne ne faisait attention à moi. Et, étrangement, j'ai ressentis cela comme un soulagement.
Après tout, qu'est-ce qui m'empêche d'être libre? Maintenant, tout de suite... Je suis seul, désormais. Seul, et libre.
Revenir en haut Aller en bas
http://olena-hanazuki.deviantart.com/
Kanna Miura

avatar

Nombre de messages : 348
Age : 24
Date d'inscription : 13/04/2009

MessageSujet: Re: Ore wa...   Jeu 23 Avr - 20:12

Je ne comprends toujours pas. Hier soir je sui allée donner un cours à cette petite fille si agréable qui n'est encore qu'au collège, mais qu'elle fu ma surprise lorsque j'appris que sa mère s'était mise avec un robot. Je suis tombée de haut. A présent, partout autour de moi, il y a des robots. Moi qui pensait que mes contacts n'étaient pas aussi superficiels... La petite m'a dit "Mais tu sais Oneesan, il est gentil Sakito." , je ne dis pas le contraire. C'est normal, c'est un robot. Il doit approcher la perfection. C'est horrible. Personne n'est parfait et c'est pour cela qu'on s'aime non ? Je ne comprends pas. Je ne comprendrai surement jamais. Ou est l'interêt de découvrir une personne si celle-ci est parfaite ? Si celle si peut réaliser tout vos souhaits ? Je ne suis pas une personne qui aime les embrouilles au contraire, mais c'est seulement qu'il n'y a aucun plaisir à partager sa vie avec un être fade.
C'est sur cette longue réfléxion que je sort du boulot. Masato m'a invité au restaurant mais je n'ai pas envie d'y aller. Il ne peut pas arrêter de me tourner autour? C'est pas trés gentil mais bon...je ne sais pas quoi faire à vrai dire. Je n'ai pas envie de me lancer dans une relation qui finira dans deux mois.
...
C'est vrai qu'avec les robots... Ca ne s'arrêtte que quand on le souhaite. On peut facilement avoir un petit ami pour toujours... NIMPORTEQUOI ><
C'est du plastique ! de la ferraille ! ca n'a aps de sentiments et ca veut nous dire "Ai Shiteru" ?
Je suis épuisée.
C'est ainsi que je m'assit sur un banc de Hinata Park et commencai à vouloir deguster mon bentô...offert par Masato !! Ca craint...C'est une fille?
J'espère au moins que ce sera bon. Oh...je suis pas gentille.

*Grooow graaaouw grooh*

MON VENTRE >///<
J'accelère le pas. Un banc, un endroit, m'asseoir...MANGER.
Je m'arrêtte et scanne les alentours jusqu'à trouver un banc sans squatteur. Je m'assied.
Morte de faim, j'ouvrit le bentô et constata avec un grand étonnement qu'il était magnifiquement beau et appetissant.
Mais ce ne fu pas drôle.
Il n'y avait pas de baguettes, pourquoi??? Pourquoi?? POURQUOI? C'est une nouvelle technique de drague ? Et ben c'est nul !! Je n'ai pas mangé ce matin moi.

C'est marrant.
Quand on regarde les alentours, on peut constater que personne ne fait attention à personne. Tout le monde ne pense qu'à soit et ne fais attention à personne. Ils marchent vitent et pensent à leur travail. Les enfants jouent, insouciants. C'est beau d'être un enfant.
J'apperçoit alors une personne seule.
Cette personne restait là et ne semblait pas préssée, je ne la voyait que de dos mais je pouvais deviner à ses vêtements qu'elle n'était pas salary-man. Posant mon bentô sur le banc, je me relevait afin de rejoindre cette personne.
Les graviers rendaient ma marche plus perilleuse à cause de mes petites chaussures. Quelle idée de mettre des chaussures de fille ? Déjà que Masato est collant...


- Ano...

La personne ne se retourne pas. Je m'avance et ose lui tapoter dans le dos tout doucement prennant l'air innocent et craintif de toute japonaise.

-.. Excusez moi...Vous n'auriez pas des baguettes silvouplait ?


Kami Sama....Silvouplait...Faites qu'il ai des baguettes >///<



[Désolée pour le temps et la longueur ^^' ]
Revenir en haut Aller en bas
Kyokuchi Kurenai
Moderateur ~ Bad Machine
avatar

Nombre de messages : 619
Date d'inscription : 13/04/2009

MessageSujet: Re: Ore wa...   Mar 28 Avr - 17:08

- Ano... Excusez-moi...

Perdu dans mes pensées, le regard planant au loin, je n'avais pas tout de suite remarqué que quelqu'un m'adressait la parole.
M'en rendant soudain compte, je me retournai vers la jeune fille qui m'avait interpellé. Mes yeux électroniques l'examinèrent rapidement. Femelle humaine, jeune adulte, assez jolie, un air nullement agressif.
Je décidai donc de décontracter mes traits et prendre un air plus ou moins avenant. Du moins, pour le moment.

- Vous n'auriez pas des baguettes silvouplait ?

Je la considérai un instant, le sourcil droit levé au dessus d'un oeil interrogateur. Elle me prend pour un combini ou quoi....?

- Et pourquoi est-ce que je me promènerais avec des baguettes...?

Malgré le manque évident de sympathie dans la formulation, mon ton restait léger et presque sympathique. L'avantage de pouvoir contrôler la tonalité de sa voix en deçà de ses sentiments.
Et même si j'en avais, pourquoi t'en donnerais-je? Tu n'es pas mon maître, ni un de ses amis. De ce fait, je ne te dois absolument rien. La générosité, la civilité? Mais merde, elle avait qu'à penser à ses baguettes...
Je tentai cependant de me rattraper:

- Désolé, je ne peux rien pour vous. Mais il doit y avoir un combini dans le coin, ils en aurons peut être.

Ayant dit cela, considérant la conversation close, je me tournais à nouveau vers l'horizon, pensant que l'humaine ne s'attarderait pas à mes cotés.
Revenir en haut Aller en bas
http://olena-hanazuki.deviantart.com/
Kanna Miura

avatar

Nombre de messages : 348
Age : 24
Date d'inscription : 13/04/2009

MessageSujet: Re: Ore wa...   Mer 29 Avr - 11:41

Buuh.
Sans faire exprés, j'eu un mouvement de recul lorsque la personne que je derangeai se retourna. C'était un jeune homme qui cachait malgré son air de sympatie, un côté un peu yankee.

"Et pourquoi est-ce que je me promènerais avec des baguettes...?"

O.O
C'était étrange..; à cette réponse, j'arquai un sourcil en penchant la tête sans même m'en rendre compte sur le coup. Non seulement sa réponse me fesait passer pour bête, mais en plus elle était tourné de telle manière que cela aurait pu m'enerver. Et pourtant....et pourtant le ton de ce bonhomme restait poli et "agréable". Quelle est cette fourberie ?
C'est à cause de Masato tout ça >/////< si il avait pensé aux baguettes je ne me retrouverai pas ridiculisée devant une personne capable de rester autant de marbre. A Tokyo, les gens sont vraiment snobs èwé.


"(...) Mais il doit y avoir un combini dans le coin, ils en aurons peut être."

Un combini....

- Ha...Hai !

Je fouillai dans mes poches en lui fesant des gestes pour ne pas qu'il s'impatiente, mais celui-ci m'avait déjà tourné le dos.
Je décidai de ne pas y preter attention et reculai un peu pour pouvoir mieu jigoter.
Rien.
Il n'y avait aucune pièce de monnaie....Je n'allait quand même pas manger avec mes doigts ;___;
Je voulu faire un signe au bonhomme "yankee" mais ne le fi pas et retourna d'un pas empressé à mon sac, là je fouillai...PAS DE PORTE MONNAIE.



- Iiitaaiii...


Je m'accroupie la tête entre mes mains. Je n'avais vraiment pas de chance et ne pouvait m'en prendre à personne. Même pas à ce yankee là bas qui n'avait pas de baguettes sur lui même. Je ne sais pas, il mange pas les bentôs ?>.<
En y réfléchissant mieu, je me dit qu'il aurait pu être un peu plus agréable *mauvaise foi mode: on/* , faussement furieuse je me retournai et constata qu'il était toujours dos à moi.

J'aime beaucoup ces scènes de dramas où la fille essaie de faire la loubarde en lachant un...



- Ohe...


O_O

Oh non.
Avant toute réaction du personnage sans baguettes je braquai mes deux mains sur ma bouche. J'ai pas pu dire ca, j'ai pas pu dire ça , j'ai pas pu dire ça, j'ai pas pu dire ça , j'ai pas pu dire ça , j'ai pas pu dire ça, j'ai pas pu dire ça , j'ai pas pu dire ça , j'ai pas pu dire ça , j'ai pas pu dire ça.....
C'est que...ce bonhomme sans baguette fesait un peu peur. Et si je l'avait offensé ? Je sais me battre hein èwé approche....pas >////>
Revenir en haut Aller en bas
Kyokuchi Kurenai
Moderateur ~ Bad Machine
avatar

Nombre de messages : 619
Date d'inscription : 13/04/2009

MessageSujet: Re: Ore wa...   Mer 29 Avr - 17:44

Je poussai un soupir. Je n'avais plus envie de penser.
Parfois, il me prenait l'idée que j'aurais finalement préféré être une simple machine, un robot comme j'aurais dû être, incapable de pensées, de doutes et de réflections. Une simple machine accomplissant mécaniquement les gestes inscrits dans ses programmes.
Pourquoi est-ce que je me sens plus humain que robot? Est-ce inscrit dans mes circuits? Ou suis-je réellement vivant, par je ne sais quel enchantement?
Après tout, qu'est ce qui fait qu'un animal est vivant? D'où viens son âme?
Mes circuits électroniques s'apparenteraient-ils suffisamment aux neurones biologiques pour permettre la création d'une âme, d'un être réellement vivant?

Ou tout cela n'est-il qu'illusions? Et si tous ces questionnements étaient en réalité décidé par mes programmeurs?
Je ne sais pas, je sais que je ne comprendrais jamais. Peut être aussi ai-je peur de la réalité.

Ai-je vraiment besoin d'être sûr de mon identité pour survivre dans ce monde? Bien sûr que non. Au contraire, multiplier les identités peut être une astuce. Ce sera donc ainsi, désormais. Je ne suis plus rien. Je suis tout.

- Ohe...

Cette voix a plusieurs fois résonné dans ma tête, jusqu'à me faire réagir. Je me suis à nouveau retourné.
La gamine... Je l'avais oubliée...
Je ne me suis pas fatigué inutilement à afficher un sourire sur mon visage qui gardait de ma réflexion des traits durs et marqués.

- Quoi?

Et pourtant, ma voix restait calme, sereine.
J'attendis donc qu'elle ne me dise ce qui l'amenait à me déranger une fois de plus. Si c'est pour draguer, tu aurais pu trouver une meilleure approche...
Revenir en haut Aller en bas
http://olena-hanazuki.deviantart.com/
Kanna Miura

avatar

Nombre de messages : 348
Age : 24
Date d'inscription : 13/04/2009

MessageSujet: Re: Ore wa...   Sam 2 Mai - 14:03

- Quoi?

Je sursautai faiblement lorsque j'entendit le son de la voix du jeune aux allures de yankee. J'osai alors un regard. Aucune expression. Je ne pouvais alors que me fixer sur le ton de sa voix qui lui était impassible et serein. Hm... L'ai-je offensé ?
Je ne sais pas.
J'ai du mal à le cerner.
Qu'est-ce qu'il m'a pris encore >>
Il attendait surement une justification de ma part. Mais que devais-je dire à présent ? Je ne pouvais pas lui repprocher de ne pas avoir de baguettes. Et lui reprocher son ton de voix serais...mal vu... Et quand bien même...
Essayant de ne pas montrer que j'étais un peu intimidée je me relevai et repris une tenue correcte.
Levant la tête je reprenai un peu plus de confiance en moi. Hm..


- Je ne sais pas. Peut être que vous avez une copine qui pourrais vous avoir fais un bentô avec des baguettes mais que vous n'avez pas mangé votre bentô par manque de faim et donc il vous reste peut être des baguettes propres. Ou peut être qu'une idiote vous a offert un bentô que vous avez jetté avec cruauté et gardé les baguettes car c'est toujours utile mais par manque de générosité vous refusez de me les pretter car vous etes mort de faim et...

Qu'est-ce que je dit....
Parfois je fais réellement preuve d'une bêtise enorme.
Ne sachant plus quoi dire je préferais me taire à ces hypothèses ridicules et me rassit sur mon banc, la tête entre les mains.
Comment je mange moi....


- Pff....

Je suis crevée et je viens de me ridiculiser face à un yankee >> Ce n'est decidemment pas ma journée.
...
Je dois avouer que si j'avais un robot, il m'aurait fait un parfait bentô.

La honte...
Revenir en haut Aller en bas
Kyokuchi Kurenai
Moderateur ~ Bad Machine
avatar

Nombre de messages : 619
Date d'inscription : 13/04/2009

MessageSujet: Re: Ore wa...   Dim 10 Mai - 20:47

Je me suis rapproché de la gamine. Cette fois, mon visage, mon regard et ma voix affichaient clairement une expression dure et agressive.

- Écoute... Je n'ai vraiment pas de temps à perdre avec toi. Non, je n'ai pas de baguettes, inutiles d'insister. Et si tes hypothèses se vérifiaient et qu'effectivement je refusais de te dépanner par simple manque de générosité, sache que ce n'est pas en te comportant ainsi que tu me ferais changer d'avis, bien au contraire. Alors, merci de me foutre la paix.

Ma voix était calme, presque trop calme, mais son ton fort et agressif laissaient apercevoir ma colère.
Je ne voulais pas frapper la jeune fille. Je ne voulais pas me faire remarquer, de peur de m'attirer des ennuis. J'espérais donc qu'elle consente enfin à me foutre la paix avant que son imbécillité visible ne me pousse à me défouler sur sa petite gueule.
Heureusement, la fille n'insista pas, allant sagement se rassoir sur son banc sans rajouter un mot. De peur qu'elle ne revienne à la charge, je me mis à marcher au hasard de mes pas, observant les gens alentour du coin de l'oeil afin de m'assurer qu'aucun ne m'approchais de trop près.
Revenir en haut Aller en bas
http://olena-hanazuki.deviantart.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ore wa...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ore wa...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Mirai :: - Tokyo - :: Hinata Park-
Sauter vers: